Search and Hit Enter

Ella Mai : un premier album qui dépoussière le genre

GÉNÉRATION R&B – Toutes les semaines, retrouvez le portrait d’un nouveau visage du R&B.
S’il y a bien un genre qui commence à retrouver une place méritée dans les charts, c’est bien le r&b. Le langage de l’amour, de la passion et des flirts en tout genre s’est, petit à petit, retrouvé relégué aux rangs de sous-genre pop. Mais une nouvelle génération est en marche décidée à lui rendre ses lettres de noblesse.

Ella Mai save the R&B

Les nouveaux artistes – dits mainstream – du genre ne font pas long feu sous les projecteurs. Nombreux sont celles et ceux qui se cantonnent à maladroitement perpétuer un genre musical qui a du mal à se renouveler. De Sevyn Streeter à Mila J, en passant par K. Michelle ou encore Chris Brown, on ne compte plus les artistes qui servent une grossière imitation de ce qu’ils pensent être le R&B contemporain. Pire encore, le R&B a progressivement perdu sa place, au point que ses artistes soient classés dans les catégories “Pop” ou “Hip-Hop/R&B” sur iTunes et Spotify. C’est dire à quel point le genre s’est perdu dans les tréfonds du monde de la musique mainstream, réduit à être un sous-genre du hip-hop et de la pop.

Aujourd’hui, même si quelques artistes (comme H.E.R, Daniel Caesar, Queen Naija, Miguel) élargissent les champs des possibles du R&B, force est de constater qu’ils ne sont pas nombreux et que leur force de frappe médiatique reste limitée. Les autres (pas besoin de les citer, ils sont reconnaissables) produisent une mixture infâme d’instrus cacophoniques et de ridicules paroles explicites issues de discussions de collégiens pubères. Heureusement, les nouvelles tête de la génération R&B actuelle donnent l’espoir qu’un jour, de sensuels hits squatteront à nouveau la tête des charts.

Ella Mai est probablement l’artiste la plus encline à devenir la prochaine sensation R&B… ou peut-être l’est-elle déjà. La chanteuse britannique et protégée de DJ Mustard a récemment sorti son premier album éponyme qui se révèle être une belle et longue ballade sur les sentiers de l’amour à laquelle la chanteuse convie ses auditeurs. Dès les premiers morceaux, Ella Mai explore les différentes facettes d’une relation à deux, du premier crush au premier baiser, de la première nuit aux premières disputes.

“So what if I wake up with a attitude? You assumin’ that I must be mad at you / Could’ve said somethin’ when I walked past you / ‘stead of, you’re still in a bad mood, knowin’… You don’t wanna deal with it”

Ella Mai : une narration mature et réfléchie

Au-delà des instrumentales et des productions soignées – DJ Mustard oblige – ce premier album se distingue par une prise de recule assez conséquente qui lui permet d’envisager les sujets qu’elle traite (confiance en soi, et surtout, relations amoureuses) à travers un prisme élargi, sans toujours entrer dans une caricature mal dessinée. Ella Mai fait preuve d’une lucidité qui rend ses capacités d’auteure-compositrice remarquables. Cette présence d’esprit est ponctuée par des monologues narratifs lorsque la musique s’arrête (Emotion, Sauce, Shot Clock).

Ce premier LP est avant tout une déclaration d’assurance et de self-esteem. La chanteuse n’hésite pas à jouer de sa capacité à séduire le sexe masculin dans SauceWe ain’t even been talkin’ for a minute yet and I already got you elevated“, tandis que Naked évoque son désir d’être aimée pour ce qu’elle est et loin des artifices : “My resting bitch face is mistaken for the mean girl but what if I told you there’s nothing I want more in this world than somebody who loves me naked“.

D’une part, Ella Mai se met à nu, parle aussi bien des bienfaits d’une relation amoureuse où les deux protagonistes se comprennent (Everything) que des difficultés à aimer une personne qui n’est pas prête à s’engager durablement dans un couple (Easy).

D’autre part, en s’associant avec des artistes à la signature différente, Ella Mai a évité de tomber dans le piège des collaborations décousues. Étonnement, Chris Brown délivre une prestation musicale plus que correcte, lui qui a habitué le grand public à des sonorités médiocres et répétitives ces cinq dernières années. À côté, les voix de John Legend et H.E.R se marient parfaitement à celle d’Ella Mai. Everything et Gut Feeling sont deux highlights d’un premier opus aux nombreuses surprises.

En effet, Ella Mai n’offre pas ici des titres identiques et monotones, chose que beaucoup d’artistes R&B font pour donner une illusion de cohérence à leur projet. Loin de là, elle navigue entre uptempo assuré (Dangerous, Watchamacallit), douces ballades (Close, Easy) et croisements R&B/pop (Boo’d Up, Run My Mouth) avec une facilité déroutante. C’est sans compter sur la présence de DJ Mustard, le producteur et mentor de la chanteuse, qui a réussi à lui infuser une identité musicale qui lui correspond. Ses fans de la première heure ne sont pas perdus, les nouveaux arrivants, eux, ne se retrouvent pas face à produit manufacturé et rapidement périssable.

“There’s no one else I trust / I put my all in us / I know the risk in love, yeah / That makes this dangerous”

DJ Mustard & Ella Mai : le duo gagnant

Même si les writing skills et la voix d’Ella Mai ont participé à faire d’elle l’artiste populaire qu’elle est aujourd’hui, le travail de production de DJ Mustard ne sont pas à négliger. Le producteur derrière Needed Me (Rihanna), Rack City (Tyga), ou encore Na Na (Trey Songz) a largement participé au succès de la jeune femme, qu’il a repéré grâce à ses covers instagram. Signée chez lui depuis peu, il a réussi à la transformer en ambassadrice informelle du R&B contemporain.

La liberté créative que DJ Mustard laisse à sa protégée fait la singularité de ce duo. Jusqu’à maintenant (et les fans vous le diront), Ella Mai est restée authentique dans son approche artistique. Ce premier opus s’inscrit dans la continuité de ses EPs, et apporte un vent de fraîcheur au style de la chanteuse, sans jamais s’éloigner de son univers propre.

“I put my feelings on safety / So I don’t go shootin’ where your heart be/ ‘Cause you take the bullet tryna save me / Then I’m left to deal with makin’ you bleed”

Mais s’il y avait un reproche à faire à Ella Mai, ce serait le manque de prise de risques. Certes, ce n’est que son premier album, mais la chanteuse a déjà un répertoire musical assez conséquent. La cohérence du projet est là, mais on aurait peut-être voulu en savoir plus sur l’univers créatif de la chanteuse. Peut-elle repousser les limites du genre R&B et lui offrir de nouvelles perspectives artistiques ? Pour l’instant, elle se contente de le dépoussiérer avec une brillante dextérité, mais reste tout de même dans sa zone de confort. C’est pourquoi les discussions pour savoir si oui ou non Ella Mai est l’ambassadrice officielle du R&B contemporain patinent. Elle est, certes, un nouveau visage du R&B, mais pas – encore – LE visage du R&B contemporain.

Note : (4 / 5)

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *