Search and Hit Enter

Kanye West : insaisissable

En dépit des scandales intempestifs qui rythment sa vie, Kanye West fait vibrer continuellement toute une génération de fans de hip-hop par sa présence dans le monde de la musique et de la mode. Le rappeur (à mi-temps designer) s’approprie la couronne d’un trône convoité par les nouveaux arrivants : celui du roi d’un hip-hop moderne, à la fois fort et vulnérable.

Interprète, producteur, réalisateur… L’homme aux multi-casquettes (dont celle de Donald Trump) a même essayé d’entrer dans le débat politique, bien que ses idéaux aient créé la polémique. Néanmoins, s’il y a bien une chose qu’on ne peut reprocher à “Ye”, c’est bien le fait de rester lui-même et de ne pas marcher au même rythme qu’un individu lambda. Le rappeur originaire de Chicago a plusieurs trains d’avance et propose au monde un art bien souvent avant-gardiste.

L’univers de Yeezy

Kanye West fait partie de cette génération d’artistes propulsés au rang de superstar au début des années 2000. Comme Beyoncé et Jay-Z, il créé sa forteresse musicale en s’alliant à de grands noms de la musique. Compositeur et interprète de nombreux hits phares de la décennie, le rappeur se livre à son public et évolue en même temps qu’eux à travers de nombreux projets. The College Dropout laissera derrière des titres appâtants comme All Falls Down, Never Let Me Now ou encore The New Workout Plan. Des morceaux qui, encore aujourd’hui, fédèrent l’enthousiasme des amoureux du milieu. De son côté, Graduation, un projet remarquable, qui rassemble Stronger, Flashing Lights et They Can’t Tell Me Nothing, nous présente un Kanye grandissant et épanouit dans sa musique.

La funèbre compilation 808s&Heartbreak propulse Kanye West au rang de Titan du hip-hop, même si au moment de sa sortie, critiques et fans se retrouvaient perdus face à un projet aussi expérimental. Il n’en reste pas moins que Heartless, Coldest Winter ou encore Street Lights ont été accueillis comme il se doit par un public qui n’a pas fini d’adorer la production singulière de l’artiste. Kanye West est à son apogée.

My Beautiful Dark Twisted Fantasy est, quant à lui, un album à la fois sombre et triomphant, lugubre et ascensionnel. Sombre par les sonorités et les idées noires que certaines tracks dégagent. Triomphant par les invités, le flow et la plume de Kanye West. Avec des titres tels que Power, Monster (qui fut un point de plus pour Nicki Minaj à sa propulsion au rang de maîtresse du rap), Lost In The World, Runaway et Who Will Survive In America, ce projet offre une peinture sensationnelle du monde de Kanye West : le rap game est à ses pieds tandis qu’il continue de gravir les marches vers un succès illimité, une adoration qui satisfait son ego surdimensionné.

L’union fait la force et ça, Kanye West l’a compris en s’alliant avec son ami Jay-Z. Leur album commun, Watch the Throne est la démonstration concrète de la black excellence et l’aristocratisme noir qui n’oublie pas les roots. S’en suivra le (pas si) fameux (que ça) Yeezus, vu par beaucoup comme une erreur de parcours. Puis The Life of Pablo, un bouquet composé de titres de la vielle école et de la nouvelle, un mix d’une ancienne et d’une nouvelle génération. En somme, The Life of Pablo prend racine dans la personnalité complexe du rappeur.

Ye (2018) mélange sonorités rap et rock. Kanye West n’y cache plus son instabilité et sa bipolarité. Au contraire, il en fait une force et contribue à déstigmatiser la maladie. “I hate being bi-polar, it’s awesome” peut-on lire sur la pochette de l’album. Sa soif de créativité ne s’arrête pas, il produira les albums de Nas, Teyana Taylor, Pusha T et sortira un projet commun avec Kid Cudi intitulé Kids See Ghosts. Très proches l’un de l’autre, les deux hommes partagent une vision similaire de la musique. Loin de l’image trop lisse, trop gangsta, trop artificielle du rap actuel.

Kanye et le XXIème siècle 

Dans le monde de la mode, on innove mais on recycle aussi beaucoup en s’inspirant des collections des plus grands qui ont marqué et illuminé les âges. Kanye West et ses productions sont à la musique ce que les nouvelles collections de créateurs sont à la mode : un perpétuel retour en arrière qui revisite les grands classiques et se les approprie, bien souvent avec brio. Et, dans tous les travaux de sa carrière, une certaine technique esthétique émerge de tous ses albums.

Souvent, il sample des extraits d’anciens hits ou de classiques symphoniques. Il les réarrange en leur donnant un coup de jeune, une image plus moderne en accord avec le monde actuel. De l’autotune aux agencements, Kanye West montre sa capacité à être un artiste complet qui n’ignore pas les classiques qui ont fait de lui ce qu’il est. Kanye avance au fil du temps tout en gardant un pied dans le passé. Il permet à de nombreuses personnes de découvrir (ou redécouvrir) des titres des années 70, 80 ou 90, offrant aux auditeurs une expérience intemporelle qui les plonge au-dessus des époques. Un moment hors du temps et de l’espace. De Nina Simone à 2Pac, en passant par Michael Jackson, Daft Punk ou Manu Dibango, Yeezy nous embarque dans un voyage sensoriel inédit.

Sa capacité à mixer jazz, électro et soul, par exemple, paraît parfois incroyable. Mais il y arrive sans se casser la figure. Plus impressionnant : il arrive à mélanger louanges et pop rock de façon réussie, montrant ainsi l’aboutissement d’années à perfectionner son art. Par ailleurs, Kanye West est aussi une source d’inspiration pour de nombreux artistes et a participé à propulser la carrière de nombreux artistes. Il a parrainé Kid Cudi, et l’influence de Ye se retrouve dans Passion, Pain & Demons Slayin, ou encore Big Sean à qui il a permis d’évoluer et de mûrir musicalement. Nicki Minaj est aussi proche du rappeur et avec qui elle partage de nombreux points communs : les deux artistes ne se fixent aucune limite lorsqu’il s’agit de produire le prochain titre excentrique et inattendu.

Au final, qu’il soit aimé ou détesté, le rappeur avance et reste attendu encore une fois plus que jamais pour Yandhi, son futur album qui vraisemblablement, aura une portée entière sur l’amour, à la vue de tous les indices laissés par Ye et son intention de retrouver l’ambiance de son travail musical des années 2008. Kanye et son travail ne cessent de faire avancer le monde de la musique avec des innovations perpétuelles. Et, même avec la casquette MAGA, difficile de dire que l’art de Ye isn’t for the Culture.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *