Depuis la sortie de Lemonade en avril 2016 et son orientation très politique, l’engagement de la chanteuse alimente tous les débats. Hypocrite, sincère ou intéressée, tout le monde donne son avis sur la question. Alors son engagement est-il réel ou bien s’agit-il seulement d’une stratégie marketing bien rodée ?

Oui, l’engagement politique de Beyoncé ne date pas de 2016, n’en déplaise à ses détracteurs.

Dès son plus jeune âge, son père, Mathew Knowles, l’emmenait en compagnie de sa sœur, Solange, visiter des centres caritatifs afro-américains pour qu’elles se rendent compte de la situation de leur communauté. Dès lors, il est déjà difficile de dire que la chanteuse n’est pas consciente des problématiques auxquelles les noirs-américains font face, d’autant plus qu’on retrouve de nombreux sujets politiques dans ses titres. 

Depuis ses débuts avec les Destiny’s Child, Beyoncé a toujours misé sur le women empowerment, avec des chansons comme Independent Women pour ne citer que celle-ci. Par ailleurs, son second album solo, B’DAY, sorti en 2006, fait référence à l’ouragan Katrina qui a particulièrement touché les afro-américains. C’est à ce moment là qu’elle et Kelly Rowland ont formé la fondation Survivor et le centre Knowles-Rowland dans leur ville natale de Houston, Texas pour venir en aide aux sinistrés.

En 2011, elle s’associe avec Michelle Obama pour la campagne Let’s Move et remixe même Get me Bodied pour lutter contre l’obésité infantile : on sait à quel point les enfants afro-américains sont touchés par ce fléau.

BEYONCÉ et LEMONADE, deux albums totalement engagés

L’année 2013 est un véritable tournant pour Beyoncé. Elle organise d’abord le concert caritatif Chime for Change avec son association BeyGood, dont 100 % des fonds sont reversés pour l’éducation des filles dans le monde. Elle est en tête d’affiche et le concert sera visionné par plus d’un milliard de personnes à travers le monde. Elle s’associe par la suite à l’ONU pour la journée de l’humanité.

En décembre de cette même année sort son album éponyme BEYONCÉ dans lequel le féminisme a une place prépondérante. On y retrouve notamment le discours de l’afro-féministe Chimamanda Ngozi Adichie sur le titre Flawless***. Le clip de Superpower (featuring Frank Ocean) est aussi très politisé, bien que plus subtil. Beyoncé y est entourée de nombreuses personnalités noires face à la police. Le clip représente les manifestations du mouvement Black Lives Matter alors naissant à ce moment-là. 

Elle a d’ailleurs donné plusieurs millions de dollars au mouvement, assisté à une des marches avec Jay Z et payé les cautions des manifestants emprisonnés dont celle de Deray, célèbre afro-activiste. Elle fait référence au mouvement dans son clip iconique Formation et a invité les « mères » du mouvement dans le film de Lemonade. Le long-métrage a été tourné en grande partie en Nouvelle-Orléans, haut lieu du racisme et dont l’histoire est intrinsèquement liée à l’esclavage. C’est aussi une région qui a énormément souffert de l’Ouragan Katrina (et en particulier les afro-américains qui y vivent). 

Mais ce ne sont pas les seuls symboles de l’engagement de Beyoncé dans l’album. Le film est accompagné de poèmes qui mettent en avant la communauté noire-américaine. En réalité, il faudrait un article à part pour parler de l’engagement politique de Beyoncé dans Lemonade.

Beyoncé utilise également ses performances pour faire passer certains messages 

L’engagement politique et musical de Beyoncé est arrivé à son apogée lorsqu’elle a chanté Formation à la finale du Superbowl, événement sportif le plus regardé aux Etats-Unis. Le lendemain, des centaines d’articles sur le sujet sont tombés et le mouvement #BoycottBeyoncé a été lancé par l’extrême-droite américaine.

En 2015, à l’occasion de la cérémonie musicale des Grammy Awards, Beyoncé reprend Take My Hand, Precious Lord, entourée de danseurs noirs qui lèvent les mains en l’air, écho aux hommes noirs tués injustement par la police américaine. Elle réalisera plus tard un documentaire sur les coulisses de sa prestation dans lequel elle abordera la question du racisme. Elle y racontera également que son père a vécu la ségrégation durant sa jeunesse.

Dernièrement, à l’occasion de sa performance au prestigieux festival Coachella, Beyoncé a offert une prestation pleine de symboles : la quasi-totalité de ses danseurs et de son orchestre était noire. Elle a rendu hommage aux universités noires américaines HBCU, a chanté l’hymne national américain Lift Every Voice  juste avant Formation et a relevé le fait d’être la première femme noire en tête d’affiche dans l’histoire du festival. À la suite de sa prestation, elle a fait un don de 100 000 dollars à ces universités afin de financer des bourses étudiantes.

L’engagement de Beyoncé, au-delà de la musique

Beyoncé n’est pas uniquement politisée dans sa musique, elle l’est aussi dans sa vie privée. La chanteuse communique très rarement dessus, mais beaucoup de magazines la classent comme une des célébrités les plus charitables.

Au tout début de sa carrière solo, en 2004, Beyoncé assiste à un concert en Afrique du Sud organisé par Nelson Mandela pour lutter contre le virus du sida. La même année, elle s’associe avec McDonalds pour offrir un toit près des hôpitaux pour les proches des enfants malades.
En 2006, elle et Jay Z se sont rendus dans un village en Afrique et ont marché avec les habitants qui cherchaient de l’eau, acte plutôt symbolique, mais tout autant révélateur de l’engagement politique de la chanteuse qui dure depuis des années.

Il faut aussi noter son engagement auprès de Barack Obama dès 2008… engagement qu’elle a poursuivi en 2012 pour sa réélection. Politique et célébrité ne font pas bon ménage et beaucoup préfèrent taire leurs opinions politiques pour ne pas froisser une partie de leur public. Beyoncé, elle, a affirmé haut et fort son soutien pour le président démocrate noir et elle a réitéré la chose en 2016 en faveur de la candidate Hillary Clinton.

Lemonade n’est donc clairement pas le seul projet engagé de la carrière de Beyoncé. À travers sa musique et sa vie, elle a toujours tenté de faire passer des messages à son public. Son art est sa manière de s’exprimer et il est fort à parier qu’elle ne s’arrêtera pas en si bon chemin, en témoigne son dernier clip au Louvre, Apeshit.

Posted by:Fyna Sow