C’est une palette colorée qui nous arrive tout droit d’Irlande que nous vous présentons aujourd’hui : l’album Dear Annie de Rejjie Snow, une ode à la vie, à l’expression personnelle et, surtout, à l’amour, sorti en Février 2018. Du haut de ses 24 ans, le kid irlandais appartient à cette génération de rappeurs au ton plus confident, aux textes personnels et moins évasifs. Dear Annie, son premier opus, s’est fait longuement attendre. Heureusement, cette (im)patience du public a été largement indemnisée. Ce projet s’est révélé être à la hauteur des attente et a été acclamé par le public. Il peut également se vanter d’un score de 80/100 par The Guardian et Q Magazine, et même 100 pour NME ! 

Dublinois aux origines jamaico-nigérienne qu’il revendique haut et fort, Rejjie Snow possède un background artistique à l’image de son talent : riche, imagé et diversifié. Parti étudier le design graphique aux Etats-Unis en 2012, il abandonne très vite son cursus pour se consacrer à sa carrière musicale. Il se définit d’ailleurs comme une personne très visuelle dans son art. Le MC irlandais enchainera rapidement les succès. De son EP Fish & Chips en 2013 —remodelé en Rejovich par la suite — aux nombreux singles sortis à la pelle, Rejjie Snow commence très vite à se faire une place dans le paysage musical grâce à des top ventes sur iTunes

Dear Annie : le projet de la consécration ? 

Sorti d’abord en 2 EPs séparés en janvier 2018, Dear Annie part 1 et Dear Annie part 2, ce premier opus est l’unification des deux projets. Dear Annie est en quelque sorte la consécration de ses années de travail d’un point de vue musical et personnel. Décrite comme un personnage fictif tout droit sortie de son enfance, Rejjie explique que la figure d’Annie donne corps à de nombreux sentiments, et c’est ce qui est ressenti tout au long de l’album. Le long fleuve (tranquille ?) que constitue cet opus de 20 titres nous plonge dans un monde qu’il a fabriqué de toute pièce.

Rejjie Snow amorce l’album avec le premier titre, Hello : « Life is beautiful »  nous dit-il dans cet appel au bonheur et à l’amour, rythmé par un très bon beat du frenchie Benjamin Miller (présent sur de nombreuses prods de l’album). Par la suite, Rainbow reste dans la continuité de cette introduction. Les intrus sont douces, joyeuses et s’accordent avec la nonchalance du rappeur. L’univers de Dear Annie est cadencé par les interludes The Wonderful World of Dear Annie , Skinny Jasmine Intermission et Skateboard P Intermission qui donnent au projet une ambiance familière et unique. Un lien entre artiste et auditeur s’établit et Rejjie Snow parle à son public. il transmet ses émotions en conversant avec eux, et sa musique finit par les toucher en plein coeur.

Cette oeuvre très dense est accompagnée de featurings et d’une diversité des voix principalement féminine : 23 avec Caroline Smith,  Oh No ! en compagnie de Dana Williams qui accompagne le blues de ce morceau sur la background identitaire de l’artiste. Egyptian Luvr, produit par KAYTRANADA, est le turning point de cet opus. Dana Williams – et son charme envoutant – y prête sa voix avec Aminé. Les trois artistes y évoquent le caractère éphémère de la vie, des événements et des moments passés et présents dont il faut profiter. Les « The past , the past » du refrain nous le font bien comprendre.

Inspirations diverses et variées 

Rejjie Snow a été beaucoup inspiré par ses voyages. Alors qu’il est originaire de Dublin , la composition de son album a été réalisée entre sa ville natale, Paris et Los Angeles. Et une chose est certaine, le charme de la ville lumière n’a pas laissé indifférent le poète urbain. Mon Amour et Désolé en collaboration avec Milena Leblanc dépeingnent le portrait de cette Chère Annie dans la langue de Shakespeare et de Molière. Continuant sur cette lancée, Rejjie révèle un aspect mélancolique de sa personnalité dans Room 27, toujours accompagné de Dana Williams qui joue à la voyante et lui annonce un futur macabre, à l’image des artistes du Club des 27. 

L’auteur affirme que cet album est tout de même très coloré, et ceci prend sens à l’écoute de LMFAO , ballade musicale qui aurait pu sortir des studios de N.E.R.D. L’album peut se vanter d’une belle liste de producteurs, de Rahki à Com O’Bi en passant par le français Lewis Ofman. Dear Annie brasse entre indie, hip-hop, jazzrap ou encore funk-festif ; de quoi ravir un large panel de fans. Rejjie Snow n’hésite pas à rendre hommage à ses influences, comme Tyler, The Creator. Charlie Brown (featuring Anna Of The North) figure également dans l’album du meneur d’ODD FUTURE.

 

Rejje Snow a cette façon romancée, poétique de raconter son histoire et de nous représenter son monde. La poésie a toujours fait partie intégrante de sa vie et il la définit même comme l’une de ses premières passions. Avec ses instrus organiques, mêlés à beaucoup de synthés et de boites à musiques, le monde créatif de Rejjie Snow devrait continuer de nous surprendre dans les prochaines années. Ses thèmes récurrents (l’amour , le sexe, la rupture, la solitude, les addictions) et l’authenticité artistique du kid irlandais touchent le public. Les 20 morceaux que composent cet album se placent tous sans faux accords et forment un ensemble cohérent.

L’amour, la peur, la solitude, la joie… Dear Annie est un voyage introspectif au coeur des sentiments. Dans ce premier opus, Rejjie Snow a su captiver notre attention malgré sa longueur (une heure d’écoute). Il n’en reste pas moins un album à apprécier de bout en bout qui profite d’une production bien agencée, de paroles emplies de sens et de voix parfaitement accordées. 

Posted by:Younès Houdja

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *