Strip-teaseuse, star de Vine, personnage emblématique de Love and Hip-Hop puis rappeuse, Cardi B connait une ascension fulgurante depuis un an. Alors que beaucoup la voyaient s’arrêter après son hit Bodak Yellow, la rappeuse du Bronx a participé à de nombreuses collaborations à succès avant de sortir son premier opus Invasion of Privacy. Retour sur celle en qui personne ne croyait et qui s’est imposée comme un pilier du rap féminin.

Deux mixtapes qui attirent l’oeil du public

Cardi B, de son vrai nom Belcalis Almanzar, impressionne par son franc-parler et ses mimiques originales. La jeune femme au tempérament de feu enregistre sa première mixtape devant les caméras de Love and Hip Hip : New York, émission produite par Mona Scott, vétérante de la télévision américaine. Producteurs et participants ne la prennent pas au sérieux. Le public non plus. Jusqu’à maintenant, tous les pseudo-artistes qui avaient tenté de lancer leur carrière dans l’émission n’avaient pas fait long feu. Vous souvenez-vous de Karli Redd ? Nous non plus.

Mais le fait est que Gangsta Bitch Music Vol. 1 a de la gueule. Les titres sont provocateurs, son flow est survolté et Cardi B ne se censure pas. Elle assume totalement son côté thot, son passé de strip-teaseuse et ses fantasmes sexuels. Et au-delà de cette dimension hyper-sexualisée assumée, la rappeuse du Bronx raconte son histoire : étudiante à l’université, elle est obligée de quitter les bancs de la fac pour gagner sa vie dans les strip-clubs new-yorkais. Son petit ami est violent, il la bat. Elle, de son côté, tente de gagner un maximum de fric pour se barrer.

« If a bitch beef with me we gon beef foreva »

Cardi B continue son bout de chemin sur les réseaux sociaux, notamment avec son compte Instagram qui fédère aujourd’hui plus de 22 millions d’abonnés, et met en avant sa musique. Sa participation à deux saisons de Love And Hip-Hop : New York se terminent, elle de décide de se consacrer entièrement à sa carrière de rappeuse – non sans prendre le temps de poster des vidéos hilarantes.

Gangsta Bitch Music Vol. 2 sort en Janvier 2017. La mixtape la pousse sur les devants de la scène. Le titre Lick est remixé par Offset, membre du groupe Migos et petit ami de Cardi B. Elle est invitée à performer à la télévision, ses concerts en boite de nuit affichent complet et les likes et retweets explosent. La jeune femme plait, sa grande gueule et sa franchise apparaissent admirables dans une industrie musicale basée sur les apparences et les faux-semblants.

Le tournant Bodak Yellow

En Février 2017, Cardi B annonce avoir signé un contrat de 2 millions de dollars avec Atlantic Records. Trois mois plus tard et après quelques teasings, elle balance Bodak Yellow sans savoir que ce premier single allait changer sa carrière à tout jamais. Il se classe #1 pendant 3 semaines au Billboard Hot 100 et accumule plus de 500 millions de vues sur Youtube. Elle est la première rappeuse depuis Lauryn Hill à classer un #1 solo.

Très vite, les collaborations à succès se multiplient : No Limit avec G-Eazy & A$AP Rocky, Finesse Remix avec Bruno Mars, Motorsport avec Migos & Nicki Minaj… D’ailleurs, on prête aux deux rappeuses un beef qui alimente la presse musicale américaine. Mais Cardi B ne semble pas s’en préoccuper, trop focalisée sur sa popularité naissante.

Cardi B : nouvelle icône du rêve américain

Ceux qui voyaient Cardi B comme une one-hit wonder à la Iggy Azalea sont rapidement déçus. Depuis son arrivée dans les charts en Juin 2017, la rappeuse ne les a pas quittées : toutes ses collaborations entrent dans le top 20 américain. Elle est invitée chez Jimmy Kimmel, Ellen, s’assied la Fashion Week aux côtés d’Anna Wintour, devient la muse de Jeremy Scott & Christian Louboutin et performe à Coachella. Rien ne semble l’arrêter, même pas sa grossesse qui, au contraire,  la médiatise davantage.

Cardi B a récemment sorti son premier opus, Invasion of Privacy, classé numéro 1 aux Etats-Unis avec 255 000 exemplaires vendus en première semaine. Elle compte de prestigieux invités comme Chance The Rapper, SZA ou encore Kehlani. Elle y raconte son histoire, celle d’une jeune femme en qui personne ne croyait et qui est devenue the biggest thing in music (dixit Taraji P Henson dans une tribune du Time 100 où Cardi B est nommée parmi les 100 personnes les plus influentes de l’année).

Grâce à Bodak Yellow et Bartier Cardi, Invasion of Privacy est certifié disque d’or le jour de sa sortie. Dix jours plus tard, il est déjà éligible à la certification platine.
Aujourd’hui, Cardi B continue à dominer les charts avec son nouveau hit I Like It (featuring J. Balvin & Bad Bunny) et tous ses pas son épiés par les médias américains. Voyons ce que ces prochains mois lui réservent en terme de succès.

Posted by:Anas Daif

Étudiant, écrivain, esprit libre et rédacteur en chef inspiré. @themadnovelist

One thought on “Cardi B : le retour en puissance du gangsta rap féminin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *